EIP Ecole Claude Bernard - NWL

Surdoués ou intellectuellement précoces ? Et si tout simplement on adaptait nos paliers d’apprentissage à l’école ?

Surdoué ? Précoce ?

On parle aujourd’hui facilement de l’un ou de l’autre et de l’un pour l’autre sans distinction. Pourtant ces deux termes ne recouvrent pas les mêmes réalités. Et ces contre-emplois trop rapides peuvent s’avérer être dangereux en termes d’éducation. En effet, ceux-ci révèlent une mauvaise qualification initiale du problème.

Tout d’abord parce que « être surdoué » ou « précoce » ne sous-entend pas la même chose. On doit l’expression « enfant intellectuellement précoce » (EIP) au souci récent de trouver une formule politiquement plus correcte à toutes les situations que recouvre le seul adjectif « surdoué ». Car le terme « surdoué » est porteur de bien des confusions et des erreurs de compréhension. Être surdoué semble être un cadeau du ciel : une première victoire sur la génétique ! Pour tous, l’expression renvoie à une chance puisque c’est être encore « plus » que doué. Il y a les gens normaux. Les personnes douées. Et au sommet de la pyramide, il y aurait cette élite naturelle des enfants et adultes sur-doués. Tous les succès à l’école leur semblent donc promis ! Aie ! Il s’avère que beaucoup de ces enfants échouent à l’école. Presque la moitié d’entre eux redouble alors que la politique actuelle de l’éducation nationale n’est pourtant plus au redoublement.

Le problème est bien celui de la compréhension du phénomène.

Être surdoué est autre chose : c’est tout simplement penser de manière différente ; être aussi doté d’une sensibilité et affectivité plus rayonnantes. Et du coup, l’adjectif « précoce » semble ici mieux adapté. Car l’enfant dont on parle n’est tout simplement pas, la plupart du temps, à la bonne place et dans la bonne case. « Être intellectuellement précoce » veut tout simplement dire que l’on a accès à un savoir, à une compréhension des choses, de manière anticipée. Avant l’âge habituel. Le terme précocité n’est donc pas non plus adapté si on oublie d’en comprendre le sens véritable et de l’appliquer à l’environnement scolaire.

Au delà de l’étiquette, il faut tout simplement considérer que tous ces enfants, programmés génétiquement différemment, sont tout simplement en avance sur leur âge sur certains plans et en retard sur d’autres. Il faut donc leur proposer un mode d’apprentissage à vitesse variable et à niveaux personnalisé. Le tout sans jugement ni préoccupation de leur singularité de fonctionnement.

Consciente de ces problématiques, L’Ecole Claude Bernard à Paris, par New World Lyceum, s’est spécialisée depuis 1958 sur l’éducation et l’accompagnement des Enfants Intellectuellement précoces et/ou rencontrant des troubles des apprentissages. N’hésitez pas à nous contacter, notre équipe reste à votre écoute sur tous ces sujets et pourra vous conseiller au mieux pour vous trouver les programmes scolaires les plus adaptés à tous ces profils d’élèves.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *