Toute l’actualité de l’Ecole Claude Bernard avec le Blog ECB News par New World Lyceum sur les Enfants Intellectuellement Précoces.

EIP Ecole Claude Bernard - NWL

Enfants Intellectuellement Précoces et échec scolaire : la grande erreur de l’éducation traditionnelle

Le “problème” de la précocité

Tous les ans, près de 13 millions d’étudiants sont accueillis dans les cycles primaire et secondaire. Proposer un programme adapté à chacun de ces 13 millions de petits génies est comme vous pouvez l’imaginer une tâche très compliquée. Pourtant l’école traditionnelle a trouvé une solution très simple: faire un programme unique pour tout le monde. Et pas de discussions !

A une époque ou l’on trouve presque logique de faire un scandale car le menu de la cantine d’entreprise ne propose pas de plat sans gluten, on trouve encore tout à fait surprenant qu’un élève fasse une indigestion au cours de géographie.

Ce problème est encore plus critique lorsque l’enfant est intellectuellement précoce : il souffre encore plus que les autres car il a encore plus besoin d’un programme adapté a sa progression souvent plus rapide et a sa curiosité insatiable.

Des conséquences invisibles mais réelles

Le nom d’Einstein vous dit-il quelque chose ? Et si oui, pourquoi ? Evidemment, la réponse est simple, il est difficile de parler de sciences modernes sans que ce nom soit évoqué. Ils sont nombreux à être considérés comme des génies dans leur domaine: sciences, politique, musique, cinéma… Et nombre d’entre eux pourraient très bien avoir été des enfants précoces…

Que penser alors des milliers d’enfants intellectuellement précoces en échec scolaire chaque année car ils manquent de suivi ? Combien d’entre eux sont exclus du système scolaire alors qu’ils ont peut-être le potentiel de rejoindre ces noms connus qui sont à la source d’avancées majeures dans certains des défis de l’humanité tels que l’énergie, la médecine ou les transports ?
 
Le gâchis est donc double, évidemment à l’échelle de l’individu qui vit un drame scolaire en silence, mais également plus largement à l’échelle de notre société sans même qu’on ne s’en rende compte.
Plus que jamais redoublons d’efforts pour améliorer l’éducation et notamment cette des enfants intellectuellement précoces.

Consciente de ces problématiques, L’Ecole Claude Bernard à Paris, par New World Lyceum, s’est spécialisée depuis 1958 sur l’éducation et l’accompagnement des Enfants Intellectuellement précoces et/ou rencontrant des troubles des apprentissages. N’hésitez pas à nous contacter, notre équipe reste à votre écoute sur tous ces sujets et pourra vous conseiller au mieux pour vous trouver les programmes scolaires les plus adaptés à tous ces profils d’élèves.

EIP Ecole Claude Bernard - NWL

Zèbre, âne, singe… : l’école doit cesser d’être un zoo et redevenir un écosystème d’apprentissage personnalisé !

On donne aux enfants intellectuellement précoces – c’est à dire tout simplement en avance sur les autres pour certains éléments de leur apprentissage – le joli surnom de “ Zèbre” ! Pourquoi ? Voici un bref rappel sous forme d’explications et de justifications zoologiques.

L’école est depuis longtemps un drôle de zoo.

Vous n’aviez pas remarqué ? Mais si ! Les sobriquets et petits noms de nos animaux préférés nous sont distribués depuis bien longtemps au gré de notre attention ou comportement en salle de classe : le moins appliqué à faire ses exercices se voit affubler d’un bonnet “d’âne” ; le plus malin est gratifié de l’étiquette du “petit singe” ; celui qui refuse obstinément de suivre les consignes est qualifié de “mule” ; celui qui ne peut s’empêcher de partager ses impressions avec son voisin de classe récupère le beau plumage de la “pie” ; au plus silencieux l’étiquette de la “carpe”, etc. Et du coup, à celui qui semble plus rapide ou en décalage avec ses camarades, on associe son comportement à la qualification de zèbre !

Alors pourquoi le zèbre?

On pense en premier lieu aux couleurs particulières de son pelage : le mélange noir et blanc est tellement singulier qu’il détonne dans la savane et au milieu des autres animaux. Le zèbre est donc distinct et différent. Mais c’est aussi en second lieu quand on connait un de ses traits de caractères principaux que l’on comprend mieux le rapprochement : l’enfant intellectuellement précoce et le zèbre partagent tous les deux le fait d’être indépendant. On a en effet longtemps considéré que cet animal, très proche du cheval, ne pouvait, contrairement à son cousin équidé, être domestiqué. Déjà, c’est un animal “sauvage” dont l’instinct d’indépendance reste très développé par rapport aux chevaux, domestiqués depuis de nombreuses générations. On ne peut pas leur faire faire des choses que ferait plus directement un cheval, sous l’influence de la confiance envers l’homme. Si on veut essayer de le faire, il faut les avoir depuis tout petit pour les apprivoiser.

Enfin, leur conformation – c.a.d. leur physique et en particulier leur squelette – est probablement aussi moins adaptée au poids du matériel et du cavalier sur le dos. Il faut un cavalier et “une charge plus légère” sur le dos de cet animal. Et c’est peut être cette dernière caractéristique qui justifie le mieux le rapprochement entre les deux profils. L’enfant précoce est aussi un sujet qui demande plus de finesse dans son accompagnement et plus de légèreté dans la structuration de son apprentissage.

L’école a clairement un rôle essentiel à jouer dans ce traitement particulier et adapté de l’apprentissage de nos “ petits zèbres”.

A leur besoin d’écoute, il faut des petites classes.

A leurs besoin de personnalisation, un apprentissage par palier et matière plutôt qu’un programme général commun pour tous.

Un ensemble de solutions qui permettra d’accompagner le mieux possible le développement de ces “droles de zèbres”!

EIP Ecole Claude Bernard - NWL

Surdoués ou intellectuellement précoces ? Et si tout simplement on adaptait nos paliers d’apprentissage à l’école ?

Surdoué ? Précoce ?

On parle aujourd’hui facilement de l’un ou de l’autre et de l’un pour l’autre sans distinction. Pourtant ces deux termes ne recouvrent pas les mêmes réalités. Et ces contre-emplois trop rapides peuvent s’avérer être dangereux en termes d’éducation. En effet, ceux-ci révèlent une mauvaise qualification initiale du problème.

Tout d’abord parce que « être surdoué » ou « précoce » ne sous-entend pas la même chose. On doit l’expression « enfant intellectuellement précoce » (EIP) au souci récent de trouver une formule politiquement plus correcte à toutes les situations que recouvre le seul adjectif « surdoué ». Car le terme « surdoué » est porteur de bien des confusions et des erreurs de compréhension. Être surdoué semble être un cadeau du ciel : une première victoire sur la génétique ! Pour tous, l’expression renvoie à une chance puisque c’est être encore « plus » que doué. Il y a les gens normaux. Les personnes douées. Et au sommet de la pyramide, il y aurait cette élite naturelle des enfants et adultes sur-doués. Tous les succès à l’école leur semblent donc promis ! Aie ! Il s’avère que beaucoup de ces enfants échouent à l’école. Presque la moitié d’entre eux redouble alors que la politique actuelle de l’éducation nationale n’est pourtant plus au redoublement.

Le problème est bien celui de la compréhension du phénomène.

Être surdoué est autre chose : c’est tout simplement penser de manière différente ; être aussi doté d’une sensibilité et affectivité plus rayonnantes. Et du coup, l’adjectif « précoce » semble ici mieux adapté. Car l’enfant dont on parle n’est tout simplement pas, la plupart du temps, à la bonne place et dans la bonne case. « Être intellectuellement précoce » veut tout simplement dire que l’on a accès à un savoir, à une compréhension des choses, de manière anticipée. Avant l’âge habituel. Le terme précocité n’est donc pas non plus adapté si on oublie d’en comprendre le sens véritable et de l’appliquer à l’environnement scolaire.

Au delà de l’étiquette, il faut tout simplement considérer que tous ces enfants, programmés génétiquement différemment, sont tout simplement en avance sur leur âge sur certains plans et en retard sur d’autres. Il faut donc leur proposer un mode d’apprentissage à vitesse variable et à niveaux personnalisé. Le tout sans jugement ni préoccupation de leur singularité de fonctionnement.

Consciente de ces problématiques, L’Ecole Claude Bernard à Paris, par New World Lyceum, s’est spécialisée depuis 1958 sur l’éducation et l’accompagnement des Enfants Intellectuellement précoces et/ou rencontrant des troubles des apprentissages. N’hésitez pas à nous contacter, notre équipe reste à votre écoute sur tous ces sujets et pourra vous conseiller au mieux pour vous trouver les programmes scolaires les plus adaptés à tous ces profils d’élèves.

L’Ecole idéale à Paris depuis 1958

L’Ecole Claude Bernard à Paris : spécialisée dans l’éducation des Enfants Intellectuellement Précoces

L’Ecole Claude Bernard s’est spécialisée depuis 1958 sur l’éducation et l’accompagnement des Enfants Intellectuellement précoces et/ou rencontrant des troubles des apprentissages.

Qu’est-ce qu’un Enfant Intellectuellement Précoce (EIP) ?

On appelle ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE (EIP), un enfant dont l’âge mental est de 2 à 7 ans en avance sur son âge réel. En terme de chiffres, est considéré comme précoce un enfant dont le Quotient Intellectuel (Q.I.) mesuré par le test de WECHSLER est supérieur à 125 – 130.

Ces enfants intellectuellement précoces sont souvent incompris, rebelles, classifiés « mauvais élèves » et malheureux dans un système éducatif traditionnel.

La période critique est souvent le collège pour ces enfants. Il est en effet nécessaire de prendre en compte les différences de ce type d’élève, sans leur faire remarquer et en les suivant de manière très précise. Les équipes pédagogiques de l’Ecole Claude Bernard ont développé une expertise et des méthodes spécifiques pour capter leur attention et les faire progresser. Elles y mettent beaucoup de passion, d’écoute et de compréhension et en font le cœur de leur métier.

Tous les ans, plusieurs élèves répondant à ce profil intègrent notre école et deviennent enfin des enfants heureux qui réussissent.

En JUILLET 2012

Le plus jeune bachelier de France 2012, 12 ans 2 mois est un élève de Claude Bernard (BAC SCIENTIFIQUE), mention Très Bien. …

En SEPTEMBRE 2010

Nous accueillons en classe de SECONDE 2 élèves de 11 ans, issus l’un d’une classe de SIXIEME et l’autre d’une classe de CINQUIEME

En SEPTEMBRE 2009

Les 4 premiers sont rentrés en troisième et actuellement sont en tête de classe.

Les 8 autres passent en quatrième après s’être épanouis…

En SEPTEMBRE 2008

2 élèves de CM2.

2 élèves de sixième ont intégré une classe double niveau 5ème/4ème.

8 autres élèves issus de sixième, dont certains placés en redoublement par leur établissement d’origine, ont intégré cette même classe.

En JUILLET 2003

Un des plus jeunes bacheliers de France en JUIN 2004 était un élève de Claude Bernard (BAC SCIENTIFIQUE) ; il avait alors 13 ans et était arrivé chez nous en grand é chec scolaire en Septembre 2003.

Les spécificités de l’Ecole Claude Bernard

Dans notre Ecole, les professeurs sont majoritairement expérimentés dans l’éducation d’enfants nécessitant une attention particulière et soutenue. C’est d’ailleurs une des motivations principales de leur présence à l’Ecole Claude Bernard et une de leurs plus grandes fiertés. Le travail en petit groupes, le suivi personnalisé, l‘ambiance familiale et bienveillante de l’Ecole sont déjà des atouts incontestables pour leur permettre une grande implication et proximité avec chacun de leurs élèves.

L’intégration de ECB à New World Lyceum depuis juin 2016 va permettre de renforcer encore les dispositifs et méthodes à mobiliser pour éduquer efficacement les EIP et enfants souffrant de troubles des apprentissages :

  • Les professeurs recevront tous les ans une formation spécifique à la fois sur les troubles de l’apprentissage et sur les méthodes pédagogiques et d’accompagnement les plus efficientes
  • Les professeurs se réuniront tous les mois pour échanger leurs pratiques, faire part de leurs difficultés éventuelles, réfléchir en commun à de nouvelles méthodes, mais également étudier en commun le cas de certains élèves
  • Les professeurs auront la possibilité d’être accompagnés eux-mêmes par des coachs, spécialistes ou psychologues
  • Des coachs méthodologiques seront intégrés à l’équipe pédagogique pour accompagner collectivement et individuellement les élèves en difficulté
  • Un OpenLab collaboratif en ligne, associé à une « Ecole des Parents » permettra de réunir les spécialistes français de l’éducation des enfants confrontés à des troubles de l’apprentissage afin de faire avancer les méthodes et d’accompagner les parents, souvent déconcertés,  dans leur tache éducative.